[Lore] La grande bibliothéque de Patreayl

Voici quelques vieux écrits retrouvés et traduits par nos soins.

Guardian statue.

Am I forced into exile in this foreign land, or have I orchestrated this decision with my unconscious mind? I won’t lie, I’ve long thirsted to leave that meagre caravan of gypsies and vagabonds. I’ve yearned to explore the great wilderness of our endless continent. My travels have brought me to Patreayl, home of heroes and slaves! I Hope to make my mark in this place as a man worthy of legend. It’s colder in this mountainous country than in Lamavora, one can hardly believe the east of this great forest, lies an arid desert! Such an idea seems far fetched - a myth! Yet I won’t rest until I know for sure. The bounty of this woodland is plentiful, yet none of the villagers I’ve encountered chose to stray far from their homes. Bandits have taken the land hostage and the peasants are forced into submission. l see the lights of a small village up ahead. Narrow Orchard. I’ve heard stories that the famed Barbarian Hulthine currently resides among their hovels. Perhaps if i meet such a man, we can stand together against the oppressive regime of bandits and monsters. Then I will become a hero myself, and prove to my brethren that there is more to life than whimpering flutes and incessant tambourines.

From the Journal of Dawar Lupei

This statue has been raised to commemorate Dawar Lupei, of the Mulbirth tribe in Lamavora who stood beside the hero Hulthine in the great war of the Bandit Kings. If not for his heroism, Narrow Orchard would now slumber beneath both rubble and flame. Sadly, he fell in the final battle against the last of the five Kings. May our debt to him never be forgotten.

Iliris, Elder of Narrow Orchard

Statue de gardien.

Ai-je été contraint à l’exil dans cette terre étrangère, ou ai-je orchestré cette décision avec mon inconscient ? Je ne mentirai pas, j’ai longtemps eu envie de quitter cette maigre caravane de gitans et de vagabonds. J’ai aspiré à explorer la grande nature sauvage de notre continent sans fin. Mes voyages m’ont amené à Patreayl, patrie des héros et des esclaves ! J’espère laisser ma marque dans cet endroit comme un homme digne de légendes. Il fait plus froid dans ce pays montagneux qu’à Lamavora, on peut difficilement se croire à l’est de cette grande forêt qu’est Lamavora, c’est un désert aride ! Une telle idée semble farfelue - un mythe ! Pourtant, je ne vais pas me reposer jusqu’à ce que je sache à coup sûr. La générosité de cette forêt est abondante, mais aucun des villageois que j’ai rencontrés n’a choisi de l’utiliser pour lui et sa famille. Les bandits ont pris ces terres en otage et les paysans sont contraints de se soumettre. Je vois les lumières d’un petit village au loin. Un petit verger. J’ai entendu dire que le célèbre barbare Hulthine réside actuellement dans ces contrées. Peut-être que si je m’associe à un tel homme, nous pourrons lutter ensemble contre le régime oppressif des bandits et des monstres. Ainsi, je deviendrai moi-même un héros, et je prouverai à mes frères qu’il y a plus dans la vie que des flûtes et des tambourins.

Extrait du Journal de Dawar Lupei

Cette statue a été élevée pour commémorer Dawar Lupei, de la tribu Mulbirth à Lamavora qui se tenait à côté du héros Hulthine dans la grande guerre des Rois Bandit. Si ce n’était de son héroïsme, Narrow Orchard, aurait fini sous les décombres fumante. Malheureusement, il est tombé dans la bataille finale contre le dernier des cinq rois. Que notre dette envers lui ne soit jamais oubliée.

Iliris, aîné de Narrow Orchard

Book of Yllah.

In the beginning there was only the void.

But the goddess M’aat and her brother B’aal looked upon the void, and they knew that it should not be thus.

M’aat, who knew the names of all things, spoke into the void. Her voice echoed through a new world, giving it order and filling it with light and truth. The land and the sea; all the creatures in them, and all the stars in the sky. She created all these things, and she created man. She saw what she had made and she knew that it was good.

Her brother, B’aal, also knew the names of all things. But when he spoke, his voice created a world filled with chaos. He created a world filled with horrible creatures, imps and golems and dragons. It was a world of eternal darkness.

M’aat saw what her brother had wrought, and she knew that it was evil. She sealed it away, placing a veil between her realm of order and his realm of chaos, so that her creation could dwell in the light and not the dark. And so it was that the realm of man was shielded from these dark and terrible things.

Livre d'Yllah.

Au début, il n’y avait que le vide.

La déesse M’aat et son frère B’aal contemplant le vide, comprirent que cela ne devait pas être ainsi.

M’aat, qui connaissait le nom de toutes les choses, parla donc dans ce qui était le vide. Sa voix résonna à travers un nouveau monde, donnant une place à chaque chose. Le remplissant de lumière et de vérité. Elle créa les éléments, l’eau et la terre, ainsi que toutes les créatures pour peupler ces terres. Puis le ciel étoilé. Une fois toutes ces créations réalisées, Elle créa notre espèce. Elle se retrouva enfin sur son oeuvre et Elle sut que ce qu’elle avait fait était dans l’ordre naturel des choses.

Son frère, B’aal, connaissait aussi le nom de toutes les choses. Sa voix ne créa que du chaos et un monde a son image. Ainsi apparurent les pires cauchemars de la toute jeune humanité, tels que les golems et les dragons. Ce monde n’est que ténèbres éternelles.

M’aat vit ce que son frère avait fait, et elle sus que cela ne devait pas être. Elle scella donc son frère et écarta le royaume de son frère du sien par une barrière de sorte que sa création puisse demeurer dans la lumière et non dans l’obscurité. Le royaume des hommes fut donc à l’abri des ténèbres et des créatures qui les peuple.

Prisoner of the Rainforest

By Ernest Trimm Part 1

It was early in the morning when the Jailer banged his sword across the bars. Robert had hardly slept most of the night. He’d managed a little in the later hours. and now the clanging of steel against the iron bars ripped him from his daze.

Robert sat and rubbed his face. The cell around him was foreign, so unlike the habitat of his life before the jail. His Mother had wept when she heard the news. Hell, Robert had done a bit of crying himself. But there was no arguing with the empire. If they said you’d done a thing, then you’d damn well done it.

Robert knew they were heading out soon because the sun was up. The Jail had overcrowded, long before he’d arrived. It only stood to reason that the Empire put them to use somewhere else. It was going to be hard work. But hard work was better than rotting away in the dank cold dark. The rainforest awaited. That was a place where a man could make his mark. Where a fortune could be had - if you weren’t clapped in chains, of course.

Robert packed what little he had in an old potato sack. He was ready to leave by the time the Guard arrived. As he marched out the Jail, he took one final look at Lakewood. The sun was rising above the Patreayl Ranges. Robert was willing to bet Jasan, the Barmaid would be baking bread at the Inn right about now. He breathed in the cool air of the Midlands. it would be the last time he did, for a very long time indeed.

Prisonnier à Rainforest

Par Ernest Trimm Partie 1

Il était tôt le matin quand le geôlier cogna son épée à travers les barreaux. Robert avait à peine dormi de la nuit. Il avait réussi le sommeil à la faveur des derniers rayons de la lune et maintenant le tintement de l’acier contre les barres de fer l’arracha des bras de Morphée.

Robert s’assit et se frotta le visage. La cellule autour de lui était étrangère, si différente de ce qu’il avait connu avant la prison. Sa mère avait pleuré quand elle a appris la nouvelle. Robert lui aussi enrageait de la situation. Mais il n’y avait pas de discussion avec les représentants de l’empire. S’ils vous accusent d’un méfait, alors peu importe la vérité. Elle est réécrite

.

Robert savait qu’ils partiraient tous bientôt parce que le soleil se levait. La prison était surpeuplée depuis son arrivée et tout le monde sait que l’empire utilise cette main-d’oeuvre pour aménager les parties reculées de l’empire. Le travail sera dur, mais ce sera toujours mieux que de pourrir dans l’obscurité froide et humide de la prison. Rainforest l’attendait. C’était un endroit où un homme pouvait faire se faire une place et y faire fortune. Si vous n’étiez pas enchaîné, bien sûr.

Robert ramassa le peu qu’il avait dans un vieux sac de pommes de terre. Il était prêt à partir au moment où la Garde arriva. Alors qu’il sortait de la prison, il jeta un dernier coup d’œil à Lakewood. Le soleil se levait tout juste au-dessus des Patreayl Ranges. Robert était prêt à parier que Jasan, la tenancière allait commencer à cuire du pain à l’auberge. Il respirait l’air frais des Midlands. Ce serait la dernière fois avant très longtemps.

Ancient Race

Little is known, and even less is believed, in regards to the supposed “Ancient Race” . Through ruins scatter the entire continent of Sontibas, and possibly further, they are of such an antediluvian antiquity that accurately attributing such rubble to any particular civilization is nigh impossible. The Ancient Race, or the Esasa, as legend dictates, if they did exist, would have held considerable sway over Sontibas prior to 5440 B.E. - the year commonly held to be when the first peoples stepped foot on the dirt of Patreayl. How much earlier before the arrival of the Wolf Shaman is unclear as even the early folklore of that bestial tribe makes reference to the Esasa.

In the creation myths of both the Wolf Shaman and their later descendants - the Obnobi Bedouin, the Esasa are depicted as a kind of servant race angelic in their stature , charged with creating life on behalf of the High Gods; One might compare this to the myths and Legends of Parathimians, who told tale of angels under the employ of the Goddess Ma’at, or of course, the now defunct Lady Daborrah of the Ottathamines and her heavenly host. Our very own stories of Hulthine the Barbarian, make reference to a fair skinned giant-like people, whom dwelled beneath the mountains, and any who have have grown up on those epic regales, would kwon that Hulthine himself disappeared in the company of one, in the later years of his life, never to be seen again.

But who were the Esasa? Angels? Giants? Subterranean beast? Before the Order of Ma’at outlawed such pagan considerations, the men of the Travelling Brothers of science spent a great deal of their time, attempting to answer this very question. In fact, one could argue that the formal establishment of the Travelling Brothers University in 387 B.E. was birthed out of a desire to solve the mystery of the ancient race.

The false enlightenment of [ name redacted], which ran from 63 B.E. to 1 E.A. had its own obsession with the Esasa. And now, in recent years, the Explorer’s League, headed up by the esteemed Helga Sarrow, have made it their focus to uncover answers to this age old enigma. Will we ever know the truth surrounding the ancient race? Who they were? What they were like? Why the left? It’s unclear. These questions are as old as the human race itself, and who’s eve, to say we would like the answers, should we find then?

Race ancienne

On n’en sait bien peu, et encore moins qu’on le croit, en ce qui concerne la supposée “Race Ancienne”. Des ruines sont dispersées sur tout le continent de Sontibas, et peut-être même au-delà. Elles sont d’un âge antédiluvien de fait que les attribuer à une civilisation particulière est presque impossible. Selon la légende, la Race Antique, ou l’Esasa, si elle existait, aurait exercé une domination considérable sur Sontibas avant 5440 B.E. L’époque généralement considérée comme celle où les premières tribus ont foulé le sol de Patreayl. Depuis combien de temps était-il là avant l’arrivée de la tribu du Chaman Loup ? Car même leur folklore primitif y fait référence.

Dans leurs mythes de la création ainsi que celui de leurs descendants. Les Bédouins Obnobi, les Esasa sont représentés comme une sorte de race servile de taille angélique, chargée de créer la vie au nom des hauts Dieu. On pourrait comparer cela aux mythes et aux légendes des Parathimiens, qui racontent des histoires sur des anges au service de la déesse Ma’at. Ou encore l’histoire de Lady Daborrah des Ottathamines et son hôte céleste. Nos propres histoires d’Hulthine le Barbare, font référence à un peuple de géant à la peau claire, qui vivait sous les montagnes. Tous ceux qui ont vécu à l’époque de ces récits épiques racontent qu’Hulthine lui-même a disparu en compagnie de l’un d’eux, dans les dernières années de sa vie, pour ne plus jamais être revu par la suite.

Mais qui étaient les Esasa? Anges? Géants? Créature souterraine? Avant que l’Ordre de Ma’at, ai frappé du sceau du tabou de telles considérations païennes. Les frères voyageurs de la science passaient une grande partie de leur temps à tenter de répondre à cette question. En fait, on pourrait soutenir que l’établissement officiel de l’Université des frères voyageurs en 387 B.E. est né d’un désir de résoudre le mystère de l’ancienne race.

La fausse illumination de [nom expurgé], qui a eu lieu de 63 B.E. à 1 E.A. avait sa propre obsession des l’Esasa. Au cours des dernières années, la ligue des explorateurs, dirigée par l’estimée Helga Sarrow, s’est donnée pour mission de découvrir des réponses à cette vieille énigme. Ne connaîtrons-nous jamais la vérité entourant l’ancienne race ? Qui étaient-ils ? À quoi ressemblaient-ils ? Pourquoi sont-ils partis ? Ces questions sont aussi anciennes que la race humaine et nous cherchons depuis aussi longtemps à en avoir les réponses. Mais avec ces réponses quelle nouvelle question allons-nous soulever ?

Purple flowers

The famed Nightmare flower resides exclusively within the boundarles of the Lamavora Frontier, and stubbornly refuse to grow anywhere else. It is the bane of botanists across the globe! Considering the hallucinations these flowers sometimes cause, one can understand the economic pull they might have if they could be cultivated under a more watchful, scientific eye. Alas, the flower shrivels up and dies whenever transplanted. But what of these hallucinogenic properties the flowers contain? Well for one, not every flower seems to have this effect. The ones that do, only put out their ecstatic scent on only the darkest of nights. The man or woman finding themselves plumed by the pollen, experience dopey euphoria, followed by what can only be described as the most horrific of dreams. Ah, and now we understand the name - Nightmare Flower - pulling its victim into a devilish world of dreaming where massive hulking forms shamble through the dark…

“ Purple flowers : A Botanical History of Patreayl”

Fleurs pourpres

La fameuse fleur de cauchemars pousse exclusivement dans les limites de la Frontière de Lamavora et refuse obstinément de pousser ailleurs. C’est un casse-tête pour tous les botanistes à travers le monde ! Considérant les hallucinations que ces fleurs peuvent provoquer, on peut comprendre l’attraction économique qu’elles pourraient avoir si elles pouvaient être cultivées sous un œil vigilant. Hélas, la fleur se ratatine et meurt chaque fois que l’on essaye de la transplanter. Mais qu’en est-il des propriétés hallucinogènes que contiennent les fleurs ?

Toutes les fleurs ne possèdent pas le principe actif hallucinogène. Les fleurs qui possèdent ces propriétés n’émettent leur parfum extatique que par les plus sombres des nuits. Les personnes se retrouvant affectées par le pollen éprouvent une euphorie surnaturelle, suivie de ce qui ne peut être décrit que comme le plus horrible des rêves. Ce qui permet de mieux comprendre son nom - Fleur de cauchemars - tirant sa victime dans un monde de rêves diabolique où des formes massives se tapissent dans l’obscurité…

"Fleurs pourpres : une histoire botanique de Patreayl"

Tradu Mine

I can hardly contain my excitement, dear diary! i feel like a little girl about to have her first pony ride! The Tradu mines are opened at last. Finally our struggles to solve the mystery of the Esasa race show signs of being at their end. And how did it happen? I owe it all to a mysterious stranger - an emissary of the patreayl Knights. They unlock the door, and although it was a dead end, it provided the clue we needed to find the true entrance behind that ancient waterfall…

Oh diary, you would not believe what I’ve already found down there in those dark tunnels we’ve excavated! A mummy! Esasa remains, wrapped in the linen. He sat there in a darkened corner when first entered the previously unexplored halls. I’ll need to call in a favor with the Traveling Brothers of Science to make sure it’s not just a really big person, but that should be easy enough. If he is what suspect he is, then it would ne the find of the century (where it not dwarfed by the ancient ruins themselves). No one has ever seen the remains of the Esasa before. This would prove, beyond a doubt that they DID exist!

But the ruins are dangerous. My league and I, we’re barely begun to explore their depths, yet already I have lost two good explorers to traps and beast. We have learnt that these mines, aren’t really mines at all - at least not once you get past the colliery us humans built atop them. tradu Appears to be vast, subterranean city.

I’ve decided I need to employ not only my league, but other explorers as well to help us dredge the chthonic tunnels of this ancient city. Even then, we must tread with care. The Esasa were a dangerous bunch and we do not yet know why their city was sealed off to the outside world.

Tomorrow I shall send out an alert to my friend in the Patreayl Knights, as well as other adventurers i consider worthy of this task. It is early days yet, but we shall soon know much more about the Esasa, who they were, and where they went…

From The Diary of Helga Sarrow

Les mines de Tradu

Je peux difficilement contenir mon excitation, mon cher journal ! Je me sens comme une petite fille sur le point d’avoir son premier tour de poney ! Les mines de Tradu sont enfin ouvertes. Finalement, nous sommes peut-être sur la bonne voie pour résoudre le mystère des Esasa. Et comment est-ce arrivé ? Je dois tout à un mystérieux inconnu - un émissaire des Chevaliers de Patreayl. Il a déverrouillé la porte, et même si c’était une impasse, cela nous a fourni l’indice dont nous avions besoin pour trouver la véritable porte derrière cette ancienne cascade…

Oh journal ! tu ne croiras pas ce que j’ai déjà trouvé là-bas dans ces tunnels sombres que nous avons excavés ! Une momie ! les restes qu’un Esasa enveloppé dans un linge. La momie était assise là dans un coin obscur de ces salles inexplorées. Je vais devoir faire appel aux frères voyageurs de la science pour m’assurer que ce n’est pas seulement une personne de grande taille, mais cela devrait être assez facile à savoir. Ce ne serait pas la découverte du siècle si elle n’était pas révolutionnaire (elle en arrive même à éclipser, la découverte des anciennes ruines elles-mêmes). Personne n’a jamais vu les restes d’un Esasa avant. Cela prouverait, hors de tout doute, qu’ils existaient !

Mais les ruines sont dangereuses. Avec mon équipe, nous commençons à peine à explorer leurs profondeurs, mais j’ai déjà perdu deux bons explorateurs face des pièges et aux créatures qui hantent les ruines. Nous avons appris que ces mines n’en sont pas du tout, du moins pas une fois que vous aurez dépassé la première section que les habitants du cru ont construite au-dessus des ruines. Les ruines de Tradu semblent être une vaste ville souterraine.

J’ai donc décidé que je devais employer non seulement les membres de la ligue, mais aussi d’autres explorateurs pour nous aider à explorer les tunnels chthonic de cette ville antique. Mais même comme cela, nous devons avancer avec précaution. Les Esasa sont des gens mystérieux et nous ne savons pas encore pourquoi leur ville a été scellée du monde extérieur.

Demain, je vais envoyer une missive à mon ami dans les Chevaliers de Patreayl, ainsi qu’à d’autres aventuriers que je considère comme dignes de cette tâche. Il est encore tôt, mais nous en saurons bientôt beaucoup plus sur les Esasa. Qui étaient-ils ? Où sont-ils allés ?

Extrait du journal de Helga Sarrow

The war of The Dandelion

Few wars have been fought so fast and so violently as The War of the Dandelion. That international subterfuge has given many a scholar and moralist cause to ponder … The Nations of Patreayl and Lamavora. Two great countries of power and pride. One wonders, if, in a different time, war heroes such as Bartholemeu Janlier could have ever risen to the heights available in the aftermath of the Assassinations in Illuma, the lamavoran City of Lights.

La guerre de la dent-de-lion

Peu de guerres ont été menées si vite et violemment, que celle de la dent-de-lion. Ce subterfuge international a donné matière à réfléchir à beaucoup d’étudiant et de moraliste… Les Nations de Patreayl et Lamavora. Deux grands pays de pouvoir et de fierté. On se demande si, à une époque différente, des héros de guerre tels que Bartholemeu Janlier auraient pu atteindre les hautes sphères du cartel des Assassins à Illuma, la ville des lumières de Lamavora.

Lettre Ngathu

Mr Berello,

My men have informed me that, despite their calmwords, and my kind generosity, you plan Not to pay me what I am owed. Need I remind you, who’s Casino you were playing in?

Because you have refused common sense and polite action, I am making a personal visit to you in the coming days. Do not try to run. My men, who so rudely refused are keeping an eye an you. Should you disappear, your precious Inn will be set aflame and your pretty little wife will lose much of her beauty.

it is best for all involved, If you come willingly and accept your fate.

Regards,

Cetheron F’tugnu re Ngathu

Head Of the Ngathu Crime Family

Lettre Ngathu

Monsieur Berello,

Mes hommes m’ont informé que, malgré leurs mots doux, et ma grande générosité. Vous avez l’intention de ne pas me payer ce que vous me devez. Dois-je vous rappeler à qui appartient le casino dans lequel vous avez joué ?

Parce que vous avez refusé le bon sens et l’action polie, je vais vous rendre personnellement visite dans les jours à venir. N’essayez pas de vous enfuir. Mes hommes que vous avez si rudement éconduits gardent un œil sur vous. Si vous disparaissez, votre précieuse auberge partira en fumée et votre jolie petite femme perdra son joli visage.

Il serait préférable pour tous ceux qui sont impliqués, que vous venez volontairement et acceptez votre destin.

Cordialement,

Cetheron F’tugnu re Ngathu

Chef de la famille du crime Ngathu

The Archives #1

I will not stand idly by and watch as that monster takes control over my homeland. Roma thinks he can fool us all, he thinks he can convince us all, that he is a true believer. I was there, in le’visile. Stationed at the Parathime Encampment. I was little more than a youth, but I remember it clearly. Two hundred men, woman and children, converted to the goddess in public… Lies

I still hear the children in my sleep.

We are told they were pagans. They’d been practicing devil magic in the sewers. I don’t know if i believe that anymore. We offered them a chance to repent… but when they did, there was no way to trust their words. People will say anything when they have flames lapping at their flesh.

And Now he rules in Patreayl - by the gods! I’d hoped by being re-stationed here, I could avoid his insanity. I suppose that was foolish thinking. Sickness always spreads.

But if i could provide a serum of truth, if i could show the common folk who their ruler really is, perhaps then, the political damage will be enough to have the high Bishop withdrawn from our borders…

Let the record state that Enforcer Tarleth has been suitably punished for his betrayal. His hopes of damaging our Bishop’s reputation have been dashed. He will no longer be a problem. A replacement Enforcer is now required for the Bishop’s staff, immediately. His holiness would like to personally choose Tarleth’s replacement, so be ready ti train a new recruit as soon as he returns home from his coronation tour.

Les archives n ° 1

Je ne resterai pas les bras croisés à regarder ce monstre prendre le contrôle de ma patrie. Roma pense qu’il peut tous nous duper. Il pense qu’il peut tous nous convaincre de sa piété. J’étais là-bas, à Le’visile. Stationné au campement des Parathime. J’étais beaucoup plus jeune, mais je m’en souviens bien. Deux cents hommes, femmes et enfants, convertis au culte de la déesse en public… Mensonges

J’entends encore les enfants dans mon sommeil.

On nous a dit qu’ils étaient des païens qu’ils pratiquaient la magie démoniaque dans les égouts. Je ne sais pas si je le crois encore. Nous leur avons offert une chance de se repentir… Mais quand ils l’ont fait, il n’y avait aucun moyen d’avoir confiance en leurs paroles. Tout le monde, vous dira ce que vous voulez entendre quand vous le torturez.

Et maintenant, il règne sur Patreayl. Par les dieux ! J’espérais qu’en me réinstallant ici, je pourrais éviter sa folie. Je suppose que c’était une pensée idiote. Le trouble se propage toujours.

Mais si je pouvais faire éclater la vérité, si je pouvais montrer aux gens du peuple qui est vraiment leur souverain. Les dommages politiques suffiront peut-être pour que le grand évêque soit renvoyé loin de nos frontières…

Pour les archives, le combattant Tarleth a été puni de manière appropriée pour sa trahison. Ses espoirs de nuire à la réputation de notre évêque ont été anéantis. Il ne sera plus un problème. Un remplaçant est maintenant requis pour le personnel de l’évêque. Sa Sainteté voudrait choisir personnellement le remplaçant de Tarleth. Tenez-vous prêt à le former au retour du voyage de couronnement de Sa Sainteté.

Writers block

From “The last Word” publication

Yet another year has passed us by, my literary friends, and; dare i say… foes. Thusly, you now hold in your hands, the latest issue of our esteemed anthology of allegory, rhyme and prose. Within these pages, you shall find the latest and greatest local talent, even that “Ernest Trimm” you folks won’t keep quiet about. Also, adding to that mix comes the finest of the Parathime circle of poets, the abstract novelists of Balaam Fa Cher and reviews by yours truly. So, without further ado, i give you The Last Word… Enjoy!

Erin Von Leustron (Editor)

Mots de l’éditeur

_De la publication « Le dernier mot »_

Encore, une année a passé, mes amis lecteurs, où puis-je dire… des critiques. Ainsi, vous tenez maintenant entre vos mains le dernier numéro de notre estimé recueil d’allégorie, de rime et de prose. Dans ces pages, vous trouverez les écrits les plus récents de nos talents locaux, même ceux d’Ernest Trimm, que vous ne garderez pas uniquement pour vous. En outre, vous retrouverez un panel des meilleurs écrits du cercle de poètes de Parathime, les nouvelles abstraites de Balaam Fa Cher et des critiques faites de votre plume. Alors, sans plus tarder, je vous donne le dernier mot… Profitez-en !

Erin Von Leustron (Editeur)

Sicilus Riddle

Once, out in the country, there was a small, struggling farm. This was during a time of drought and great famine. Inside the farmhouse, lived a peasant, his wife and their young daughter. Years before, they had cleared this land of forest, so that they might build their barnyard. Each creature had fled, terrified, save for me - a chicken named Oltha. Oltha was plump, proud bird, who quickly became part of the farmer’s family. She was greatly prized as she never failed to lay her eggs each day. When the famine hit, the farmer and his family relied greatly on this bird, and as a result, Oltha came to be treated like royalty.

One night, a sly fox named Nitho discovered their property. Prowling for food, Nitho first scouted the farmer’s fields. Finding nothing but dead corn husks, he made his way to the farmhouse instead. Spying on the farmer and his family through an open window, Nitho watched as Oltha was brought in on a plush pillow by the farmer’s wife. Nitho saw the farmer’s stroke the bird lovingly,and then, as if to complete this bizarre ritual, the chicken stood up and cocked her head before laying the biggest egg Nitho had ever seen! Licking his chops, Nitho resolved to steal the chicken from the family to starvation. Even so, in the dead of night, he happened upon Oltha, sleeping soundly in her coop. Seizing her, he bit out throat with his jaws, and carried her off into the dark.

As dawn arrived and the blistering sun rose once again over the horizon, the hungry farmer gave a cry of despair upon discovering Oltha to be missing. He wept and cursed the gods, for he knew, that without the plucky chicken, he and his family would surely surely starve…

Meanwhile, the dastardly fox Nitho, sprinted to his den, he was met by his frail and starving wife, and their three young pups. ‘I found it… “ he panted to his wife, dropping the the corpse of Oltha at her feet, “… I found us food.” Nitho’s wife began to cry and nuzzle up against him. They were saved, she thought. Their children would not starve, at least no yet.

The parable of Nitho and Oltha

L'énigme de Sicilus

Dans des temps reculés, il y avait une petite ferme en difficulté. C’était pendant une période de sécheresse et de grande famine. Dans la ferme vivaient un paysan, sa femme et leur jeune fille. Des années auparavant, ils avaient défriché cette portion de forêt afin de pouvoir construire leur basse-cour. toutes les créature avait fui, terrifiée, à part une seul. Un poulet nommé Oltha. Oltha était un oiseau dodu et fier, qui est rapidement devenu un membre de la famille du fermier. Elle était très appréciée, car elle ne manquait jamais de pondre ses œufs chaque jour. Lorsque la famine frappa. La petite famille misa beaucoup sur elle et pourvut à son confort.

Une nuit, un renard sournois nommé Nitho découvrit leur propriété. En quête de nourriture, Nitho commença par explorer les champs de l’agriculteur. Ne trouvant rien d’autre que des balles de maïs mortes, il se dirigea vers la ferme. Espionnant le fermier et sa famille par une fenêtre ouverte, Nitho regarda Oltha être amenée sur un oreiller moelleux par la femme du fermier. Nitho vit le fermier caresser l’oiseau avec amour, puis, comme pour compléter ce rituel étrange, la poule se leva et pencha la tête avant de pondre le plus gros œuf jamais vu par Nitho ! Léchant ses babines, Nitho se résolut à voler le poulet de la famille. Il attendit donc le moment le plus sombre de la nuit pour pouvoir tomber sur Oltha, dormant profondément dans son poulailler. La saisissant, il mordit la gorge avec sa mâchoire et l’emporta dans le noir.

Lorsque l’aube arriva et que le soleil brûlant se leva de nouveau à l’horizon, le fermier affamé poussa un cri de désespoir en découvrant qu’Oltha avait disparu. Il pleura et maudit les dieux, car il savait que sans le poulet, lui et sa famille mourraient sûrement de faim…

Pendant ce temps, le renard Nitho se précipita dans sa tanière. Il rencontra sa femme frêle et affamée ainsi que leurs trois renardeaux. « Je l’ai trouvé…», cria-t-il à sa femme, laissant le cadavre d’Oltha à ses pieds. «… Nous avons de la nourriture.» La femme de Nitho se mit à pleurer et à se blottir contre lui. Ils étaient sauvés, pensa-t-elle. Leurs enfants ne mourraient pas de faim, du moins pas tout de suite.

La parabole de Nitho et Oltha

1 J'aime